Toute l'actu sur la protection de l'environnement

Catégorie: Climat

Total 153 Posts

AFRICA: climate causes the most serious humanitarian crises of 2024

The United Nations (UN) presents Africa as the epicentre of the world’s humanitarian crises in 2024. Of the 26 countries for which the United Nations is calling for the mobilisation of 46.4 billion dollars in international aid, fourteen are in Africa. The multiplication of climatic disasters and their corollaries of armed conflict have forced more than 130 million people into urgent need of humanitarian assistance.

Nassim Oulmane: « Adequate, accessible and new funding is urgently needed ».

Expected on 12 December 2023, the agreement on the Global Budget reached at COP28 was finally adopted on 13 December in Dubai, United Arab Emirates. The text calls on countries to « make a transition away from fossil fuels » and to accelerate this action « in this crucial decade, in order to achieve carbon neutrality by 2050 ». Afrik21 looks back at this declaration without Nassim Oulmane, Acting Director of Technology, Climate Change and Natural Resources at the United Nations Economic Commission for Africa (UNECA).

BILAN DE LA COP28

Plutôt que delà sortie des énergies fossiles (pétrole en tête), il faut se contenter d’une  »transition hors des énergies fossiles  » aux sortir de la COP28 de Dubaï. Mais pourquoi donc?
La COP28 émiratie qui s’est tenue à Dubaï du 30 novembre au 12 décembre 2023 a livré son verdict. Annoncée comme étant le point de rupture avec les énergies fossiles, elle a plutôt consacré une nouvelle prouesse langagière. Les pays du Monde entier sont désormais appelés à  »transitionner » hors des énergies fossiles  »’. Une prudence dans le verbe qui ne peut que satisfaire les thuriféraires de l’industrie petro-gazière mondiale.

La société civile dit « NON » au pillage des trois plus grands bassins forestiers de la planète

Nous sommes ravis de vous annoncer la publication de notre Appel à l’action de la société civile !
Avant le récent Sommet des 3 Bassins qui s’est tenu à Brazzaville en octobre dernier, nous avions organisé un appel à l’action percutant pour attirer l’attention des autorités et faire entendre nos préoccupations.
Nous sommes heureux de vous informer que le document de l’Appel à l’action est désormais disponible en français et en anglais sur notre site internet. Il offre un aperçu complet des problématiques essentielles tout en mettant en évidence les mesures urgentes à prendre pour y faire face.
Nous vous invitons tous à visiter notre site web et à télécharger le document pour approfondir votre compréhension et sensibiliser les autres aux défis auxquels nous sommes confrontés. Ensemble, nous pouvons susciter le changement et créer un avenir durable pour nos communautés et notre planète.

CAMEROON-BENIN: conversion of forests, industrial agriculture takes precedence over subsistence farming.

The conversion of forests to farmland has become the main driver of deforestation. According to the United Nations Food and Agriculture Organisation (FAO), it is responsible for at least 50% of global deforestation, mainly for the production of palm oil and soybeans. In Africa, and more particularly in Cameroon and Benin, the industrial cultivation of oil palm, soybeans and cotton are the main factors of forest clearance. These crops occupy far more land than subsistence farming. All of which inevitably leads to land disputes between village communities and agro-industries.

Trafic de bois de rose :Péril sur les forêts maliennes

Alors qu’elles ont fait de la lutte contre la corruption un de leur cheval de bataille, les autorités militaires parrainent et encouragent le pillage des forêts du Mali où le bois de rose, communément appelé ‘’bois de Vène’’, est coupé massivement et exporté vers la Chine, en passant principalement par le port de Dakar. Ce reportage est réalisé par un consortium de journalistes sénégalais qui a vu le jour après une formation sur le journalisme d’investigation initiée par la Plateforme de protection des lanceurs d’alerte en Afrique. C’est également grâce à l’appui du Rainforest Journalism Fund et du Pulitzer Center que le travail a pu être fait.